Journée sur la réforme Territoriale : Attention danger

 ACTUALITÉ  Commentaires fermés sur Journée sur la réforme Territoriale : Attention danger
Mar 162015
 

INTERVENTION-AMM.pdf

Téléchargement : présentation de la métropole de Lyon

A l’initiative de la CGT, une journée d’étude a été organisée au sein du Conseil Général des Bouches du Rhône, plus d’une centaine d’agents ont participé à ce colloque. La reforme territoriale a été présenté autour d’un exemple congrès celui de la mise en place de la Métropole de Lyon, les liens avec la loi macron ont été mis en évidence avec l’intervention de Gérard Filoche. Frédéric l’arrivée a quant à lui apporté des précisions importantes sur la définition de la dette…

Loin de répondre aux besoins sociaux exprimés par la population cette réforme met en place la privatisation du service public et éloigne les centres de  décisions du peuple.

Vous trouverez associé a cette article des documents… Le reste des interventions restent à venir.

Téléchargement : présentation par Adeline Couetoux Du Tertre

Rapport-introductif-du-12-mars.pdf

Pour nous, Macron, c’est non !

 ACTUALITÉ  Commentaires fermés sur Pour nous, Macron, c’est non !
Jan 202015
 

Plus de cent militant-e-s et responsables d’organisations ont décidé de rendre public cet appel.

La loi dite loi Macron, « Pour la croissance et l’activité », dont le projet présenté au Parlement est censé casser « les rigidités » qui bloqueraient l’économie française. Les dispositions de la loi ont un fil directeur : « ce qui est bon pour le patronat est bon pour l’économie », quelles qu’en soient les conséquences pour les salariés. Cette loi est le complément du pacte de responsabilité dont les prétendues contreparties se sont révélées des illusions. Elle participe d’une tendance générale dans l’Union européenne au moins-disant social. La stagnation, voire la baisse, des salaires et des pensions, les coupes massives dans les dépenses publiques pèsent sur la demande globale et donc sur l’activité des entreprises. Ces dernières préfèrent verser de confortables dividendes à leurs actionnaires plutôt qu’investir.

Avec l’extension du travail du dimanche, de surcroît sans obligation légale de majoration salariale, et avec le maquillage outrancier du travail de nuit en travail de soirée, les conditions de travail des salariés sont attaquées. Une fois de plus les premières victimes en seront les femmes. Avec la réforme du tribunal des prud’hommes qui renvoie de plus en plus d’affaires devant des juges professionnels, ce sont les droits des salariés qui sont remis en cause. Avec la dépénalisation du délit d’entrave, ce sont les employeurs qui sont protégés, pas les salariés. Et désormais, si le tribunal administratif annule un plan social en raison d’insuffisance de motivation, les licenciements ne seront plus invalidés et les salariés ne seront plus indemnisés.

Par ailleurs, ce projet relance le processus de privatisation, notamment d’un certain nombre d’aéroports et fragilise le statut des locataires au profit des spéculateurs. Il va permettre aux hôpitaux publics de créer des filiales à l’étranger, c’est-à-dire à se comporter comme des entreprises privées. Alors que le service public hospitalier est malade, entre autres, d’un manque de ressources, une partie de ces dernières pourront être utilisées à des fins d’opérations financières ou commerciales à l’étranger. La déréglementation du transport par bus va en fait aggraver les inégalités d’accès, instituant un transport pour les pauvres. Elle aura pour effet d’augmenter les émissions de gaz à effet de serre. L’hypocrisie est ici de mise. Alors que le président de la République prend des postures d’écologiste, et alors que la France va accueillir en décembre 2015 la Conférence mondiale sur le climat (COP 21), le gouvernement propose une mesure qui va à l’encontre de tout bon sens en favorisant le transport privé par route au détriment du transport public dont le rail. Une autre solution serait de développer le transport par rail en faisant jouer à la SNCF son rôle de service public.

Ce projet de loi, en débat au Parlement, est guidé par une logique de déréglementation généralisée qui n’a comme objectif que le maintien des profits aux dépens des salaires, des pensions, seuls moyens de vivre pour la majorité de la population et au détriment de la protection sociale. Plus d’égalité, plus de fraternité, c’est ce que nous voulons, c’est le contraire de la loi Macron. L’indispensable mobilisation sociale des salariés et des citoyens prend de l’ampleur.

CETTE LOI NE DOIT PAS ETRE VOTÉE, ELLE DOIT ETRE RETIRÉE !

Signer la pétition

La loi Macron ne peut pas être une loi de la république

 ACTUALITÉ  Commentaires fermés sur La loi Macron ne peut pas être une loi de la république
Jan 182015
 

Projet « fourre-tout » et très destructeur qui simplifie la vie des employeurs et complique celles des populations : 

1.Travail : le plus médiatique

– Le Travail du dimanche et en soirée : c’est l’activité en continue qui amorce sa banalisation mettant fin progressivement
aux compensations salariales car à terme ce travail ne serait plus exceptionnel. Il s’agit ni plus ni moins de la fin du repos dominical.

2.Justice :

– des plans de licenciements collectifs dans les entreprises (PSE) facilités par des règles de plus en plus arbitraires, et des critères à la seule
discrétion des employeurs !

– la dépossession des élus prud’homaux de leurs moyens de rendre la justice, renvoyant nombre de litiges vers des juges professionnels,

-la grande difficulté pour le salarié de trouver un défenseur syndical pour le représenter en justice,

– la possibilité de court-circuiter le droit du travail et la justice prud’homale par « convention » entre
l’employeur et le salarié.

– Suppression de la compétence des Inspecteurs du travail en matière d’autorité administrative pour les contestations de répartition des sièges et des collèges électoraux lors des élections du personnel et la dépénalisation du délit d’entrave au fonctionnement des institutions représentatives du personnel !!!

3.Urbanisme :

– Impassesur le fait que la crise du logement est produite par l’insuffisance des revenus face aux loyers et prix du foncier à caractère spéculatif. C’est, le désengagement du public concernant le financement du logement social.

4.Transport :

– Met en la concurrence l’autocar et le rail donc la SNCF soit le démantèlement du transport ferré ce qui pose des questions environnementales et de coût !

-La récente réforme ferroviaire engendre déjà des centaines de suppressions d’emplois à la SNCF. 

 

Lire le tract